Les Amis du Grandvaux
et
Les Cavaliers du Grandvaux
sur
La Route des vins et du comté

Article de Bernard Leroy

 
Diaporama

Carte et auteurs des photos
en bas de la page

Nous recherchons tout document concernant les rouliers : lettres de voitures, reçus, factures, notes personnelles, passeports, transmarches, etc. Allez à la page "Appel à documents"

Page appel à documents


Dans le Grandvaux, on a longtemps parlé des rouliers, mais personne n'avait jamais osé les représenter. Relevant le défi de Michel Monnet, maire de Fort-du-Plasne, une bande de copains passionnés d'attelage réalisa l'exploit en 2001 pour la fête du Haut-Jura et ce fut un succès. L'année suivante, ils poussèrent l'aventure jusqu'à Collonges dans l'Ain pour emporter la clé de la fête, traversant la chaîne des Monts Jura pendant un voyage de quatre jours.

Les recherches sur l'authenticité, les documents, le matériel original c'est l'affaire de l'association des Amis du Grandvaux chargée de la sauvegarde et de la mise en valeur du patrimoine historique, culturel et touristique du Grandvaux, qui vient de fêter ses 30 ans. La restauration ou la réalisation à l'identique des chariots, des chargements, des colliers, des costumes, c'est l'œuvre de nombreux bénévoles sympathisants. La mise en scène, c'est le travail d'une section de l'association des Cavaliers du Grandvaux qui a eu 15 ans en 2005.

C'est dans cet esprit de partenariat associatif que les rouliers se sont à nouveau manifestés à l'occasion du prologue de la route des vins et du Comté, du 19 au 25 août 2006 sur les routes du Jura et durant la manifestation elle-même, du 25 au 27 août à Levier.

Pour l'occasion, sept voitures ont été équipées et chargées de marchandises, certes fictives, mais représentatives de ce qui constituait le fret du XIXe siècle : des fromages dans leurs tonneaux, de la boissellerie, des vins du jura, des articles de Morez, des produits manufacturés durant l'hiver. A l'époque, chaque voiture était chargée à environ 1000 kg, ce qui permettait à un seul cheval de la tirer, un roulier pouvant en conduire trois ou quatre. Ici, pour des raisons de sécurité, chaque voiture avait son conducteur (ou sa conductrice). En six étapes, le convoi devait gagner Levier en passant le plus possible par les anciennes routes fréquentées par les anciens : de vingt à trente kilomètres par jour avec arrêt ou bivouac dans les villages et accueil par les municipalités.

Une répétition générale en costume et avec tous les participants, début août démontrait que tout était prêt pour l'aventure. Le souci du détail a amené les organisateurs à fabriquer des passeports identifiant les rouliers et leur permettant de circuler dans toute la Franche-Comté, ainsi que des transmarches décrivant les marchandises transportées et précisant leur destination et le commanditaire.

 
Le départ de Fort-du-Plasne

La veille du départ, le 19 août, le "rattroupement" avait lieu à Saint-Laurent. Après l'accueil par la municipalité et la vérification des documents "officiels", c'était au tour des marchandises d'être examinées scrupuleusement par le garde-champêtre qui avait repris du service pour l'occasion. Puis le convoi de sept voitures gagnait Fort-du-Plasne pour la nuit. Le 20 au matin, c'était le vrai départ pour arriver à  Uxelles après une pose le midi à Chaux du Dombief. Le bilan de la journée, positif, permettait d'envisager la suite avec optimisme.

L'étape du lendemain 21 août conduisait le convoi d'Uxelles à Châtillon avec un arrêt de midi à Pont de Poitte, parcours sur le premier plateau sans difficulté particulière.

Le programme du 22 août, de Châtillon à Loulle, apparemment sans histoire comportait une difficulté particulière : après l'accueil au Domaine de Chalain et la pause de midi, il s'agissait de remonter sur le plateau par le vieux chemin très pentu qui circule le long de la falaise. Le concours de moyens  mécaniques modernes a exceptionnellement été requis, mais c'est la seule fois.

Le 23 août, après le départ de Loulle, la descente sur Ney et le repas à Champagnole, un  passage dans la rue principale de la ville suscitait surprise et intérêt des habitants et des touristes encore nombreux à cette saison. Une autre difficulté attendait le convoi après Equevillon : la montée de la route des Sapins, en pleine forêt mais en pente de 10 à 12% sur plusieurs kilomètres. Là, pas de renfort mécanique, les chevaux comtois ont vaillamment hissé leur chargement à plus de 800 mètres d'altitude, à Charbonny. Ce bivouac a véritablement été apprécié, femmes, hommes et chevaux commençant à accuser les kilomètres bien qu'avec un moral intact.

L'altitude ne devait plus beaucoup varier pour la suite du voyage : le 24 août menait les rouliers depuis Charbonny dans la petite cité médiévale de Nozeroy, puis à Mièges, Censeau et enfin à Cuvier où ils passèrent la nuit.

Enfin, la dernière étape, le vendredi 25, n'était plus que routine : une vingtaine de kilomètres sur le plateau, de Cuvier à Levier en passant par Boujailles et une arrivée sur le site de la manifestation vers 17 heures.
Mais l'aventure n'était pas terminée pour autant puisque les rouliers ont participé activement à ce grandiose hommage au cheval de trait que constitue la Route des vins et du comté : défilé, conduite d'attelage, concours de labour, participation au record de vitesse de labour. Là, le temps n'était plus du tout de la partie. La dernière journée s'est déroulée sous une pluie presque continuelle et dans un bourbier bien inévitable. Et puis, il a bien fallu rentrer, mais pas à pied.

Cette aventure marquera les mémoires de ceux qui y ont participé de près ou de loin. Elle constitue, au-delà de renouveau du cheval de trait, un magnifique hommage rendu par les Grandvalliers à leurs ancêtres rouliers.

Quelques chiffres sur la manifestation de Levier pour montrer que ce n'était pas une petite affaire : sur un site de 60 hectares, 400 chevaux de 11 races différentes (dont 9 françaises et bien sûr des comtois), 400 bénévoles, ont offert à 50000 spectateurs un spectacle grandiose de 15 épreuves variées durant trois jours malgré une météo peu coopérative.

Les rouliers sont retournés dans le Grandvaux après 120 kilomètres et six étapes, un peu de fatigue mais beaucoup de plaisir et des images plein la tête.  Ce diaporama de 109 photos vous fera partager cette aventure.


Les étapes

Carte_Route_Vins_Comté

Crédit photographique du diaporama

      • Gersande FACHINETTI
      • Maxime GRANDMAITRE
      • Roger et Liliane GRANDMAITRE
      • Valentin GRANDMAITRE
      • Victor GRANDMAITRE
      • Mickaël HOURIEZ
      • Bernard LEROY
      • Michèle PIARD
      • Jean-Pierre THOUVEREZ
      • Maria VIONNET


Haut de page

Version imprimable de la page

 

Copyright © Les Amis du Grandvaux - 2006-2008