Gilbert Bouvet

Texte de Amis du Grandvaux

Notre région a perdu récemment Gilbert Bouvet qui fut maire de Saint-Laurent de 1947 à 1983, soit 36 ans et conseiller général de 1949 à 1987, soit 38 ans, décédé dans l'exercice de cette deuxième fonction. Voici donc l'article que "Le Lien" lui a consacré. Il s'agit de l'allocution prononcée à l'église par son successeur (comme maire) Monsieur Dieudonné. Je n'ai donc pas relevé la liste des personnes (famille et amis) à qui il a spécialement présenté ses condoléances.

"Saint-Laurent est en deuil, car Monsieur Gilbert Bouvet nous a quittés après avoir rempli avec un dévouement exemplaire ses charges d'élu local.

Maire de sa commune pendant 36 ans, conseiller général pendant près de 40 ans. Il a passé la plus grande partie de sa vie au service des autres et la foule innombrable qui se presse aujourd'hui autour et dans cette église, ainsi que la multitude de ceux qui sont passés à la mairie depuis hier pour lui adresser un dernier adieu ressentent bien le vide qui s'est créé et la nécessité de témoigner publiquement un immense sentiment de reconnaissance.

Les plus hautes personnalités du département et de la région, ses amis conseillers généraux, les maires du Jura et de la Franche-Comté, les directeurs et représentants des grands services de l'État, du département et de la région, les présidents des associations sont tous ici rassemblés pour lui rendre l'hommage qu'il a amplement mérité.

Gilbert Bouvet a en effet assumé pleinement les devoirs et les charges d un élu local. Maire et conseiller général, il a marqué de son empreinte sa commune et son canton. Visionnaire, entreprenant, décideur, il a su imposer avec autorité et courage, lorsqu'il le fallait, les décisions nécessaires pour créer de nombreuses réalisations indispensables, à ses yeux, au développement de Saint-Laurent et de son canton et au bien-être des populations dont il se sentait responsable.


M. Gilbert Bouvet sur le perron de l'ancienne mairie, le jour de la première fête du sapin, le 22 août  1951. (Photo : collection privée)

C'est que plus jeune maire de France, il a fondé le SIRES, le Syndicat des Eaux du Grandvaux et le Syndicat forestier.

C'est ainsi qu'il a modifié profondément l'urbanisme de Saint-Laurent, qu'il a lancé plusieurs lotissements, créé des terrains de sports et de camping, rénové et étendu considérablement les réseaux d'assainissement, créé de toutes pièces un réseau de plus de 250 km pour l'alimentation en eaux potables, bâti une mairie, des écoles, un collège, une salle omnisport, une gendarmerie, un bureau de poste, de nombreuses HLM, un magnifique foyer logement pour les personnes âgées qui faisait l'objet de toutes ses attentions.

Il était à juste titre très fier de toutes ces réalisations.

Pour les mener à bien, il n'a pas ménagé son temps et sa peine. Il n'ignorait pas les obstacles, il les surmontait, n'hésitant pas quand il le fallait, à bousculer les traditions, les pesanteurs, les lourdeurs administratives.

Nous garderons longtemps en mémoire le souvenir de ses colères, vite oubliées, car il savait pardonner. Il était bon, simple, généreux, ouvert à tous, attentif aux besoins des uns et des autres et surtout à ceux des plus humbles de nos concitoyens qu'il recevait avec sa bonhomie légendaire et pour qui il était toujours disponible.

Malgré toutes ses charges municipales et départementales, Gilbert Bouvet a également assumé celle de la représentation nationale des communes forestières. Administrateur de l'Office National des Forêts, professionnel du bois. Monsieur Bouvet avait la passion de la forêt.

Président de la Fédération Nationale des Communes Forestières, Gilbert Bouvet eut à travailler, au titre de cette importante fonction, avec les plus hautes personnalités nationales dont le Président Pompidou.

Il le fit à la manière des jurassiens : directe, efficace, empreinte de chaleur humaine.

Gardien vigilant des libertés communales, respectant scrupuleusement les intérêts de la forêt privée, Gilbert Bouvet fut l'un des hommes de l'après-guerre qui a fait le plus pour la forêt publique française.

Son successeur, le sénateur Delong, représenté ici par le Vice- président André Nopt m'a prié de vous dire combien il ressentait la perte de Monsieur Bouvet.

Gilbert Bouvet va rejoindre ses parents dans cette rude terre du Grandvaux qu'il aimait tant. C'est aussi l'heure où il va lui être compté, au terme de sa vie terrestre, tout ce qu'il a fait. Nous savons qu'il s'est beaucoup dépensé pour nous tous avec générosité, pendant plus de 40 ans de vie publique, et c'est pourquoi :

  • au nom du Conseil Municipal et de tous les habitants de Saint-Laurent pour qui il a beaucoup travaillé.
  • au nom de mes 13 collègues. maires du canton de Saint-Laurent et membres des Syndicats Intercommunaux qu'il a fondés et pour qui il s'est tant battu.
  • au nom des 230 maires des communes forestières du Jura qu'il a si bien défendu dont il avait su se faire des amis,
  • au nom enfin des 11800 maires des communes forestières de France qu'il a représentés avec ardeur, compétence, conviction et désintéressement pendant plus de 10 ans.

Je me sens autorise à dire ici, au cœur du village qui a tant compté pour lui :

  • avec beaucoup de tristesse et de peine,
  • avec une immense reconnaissance,
  • avec enfin l'affectueuse simplicité qui était la sienne :

 "Au revoir et merci monsieur Gilbert Bouvet".

Après la copie de l'allocution de Monsieur Dieudonné, "Le Lien" des Amis du Grandvaux ajoutait quelques lignes indiquant qu'il fut l'un des premiers de notre organisme. Très pris par toutes ses autres fonctions, il venait rarement aux réunions mais s'intéressait beaucoup à nos expositions.

 Retour haut de page

Version imprimable de la page

 

 
[ Auguste Bailly ] [ Gilbert Bouvet ] [ P.C.  Bouvet ] [ Louis Bouvier ] [ Alice Decoeur ] [ De Lezay ] [ Basile Fèvre ] [ Leon Genoudet ] [ A. Lemare ] [ Numa Magnin ] [ Luc Maillet-Guy ] [ A.Thouverez ]
Copyright © Les Amis du Grandvaux - 2006-2008